Webconférence
Accueil du site > Formation continue > Fonctionnel : Amygdalo-hippocampectomie sélective : analyse de l’évolution (...)

Formation continue

Fonctionnel : Amygdalo-hippocampectomie sélective : analyse de l’évolution post opératoire comparée avec le volume de résection chez 26 cas consécutifs d’épilepsie réfractaire

Congrès 2005 de la SNCLF

FONCTIONNEL


AMYGDALO-HIPPOCAMPECTOMIE SELECTIVE : ANALYSE DE L’EVOLUTION CRITIQUE POST-OPERATOIRE COMPAREE AVEC LE VOLUME DE RESECTION CHEZ 26 CAS CONSECUTIFS D’EPILEPSIE REFRACTAIRE.

Vaz G., Raftopoulos C., Grandin C., de Tourtchaninoff M., van Rijckevorsel K.
UCL Saint-Luc, Bruxelles, Belgique.

Diaporama

Introduction. Le choix entre l’amygdalo-hippocampectomie sélective (AHSel) et la lobectomie temporale, reste controversé pour les patients présentant une épilepsie mésio-temporale réfractaire au traitement médicamenteux. Il n’y a pas d’étude dans la littérature qui compare le résultat de contrôle des crises avec le volume de résection de l’amygdale et/ou de l’hippocampe et avec l’étiologie de l’épilepsie. C’est le but de notre travail dont nous vous présentons les résultats préliminaires.

Matériel-Méthode. 32 patients ont bénéficié d’une AH sous neuronavigation. Elle a été sélective chez 26 (5 hommes, 20 gauches) d’entre eux, âgés de 8 à 54 ans. Chaque patient a bénéficié d’une évaluation pré et post-opératoire  : examen neurologique, tests cognitifs, résonance magnétique (IRM), PETscan (uniquement en préopératoire) et examen ophtalmologique (étude du champs visuel). L’étendue de résection fut calculée sur l’IRM : coupes coronales pondérées T2 (3 mm d’épaisseur, 0.3 mm d’intervalle), acquises perpendiculairement à l’hippocampe. Pour l’amygdale, le volume réséqué (<50% ou >50%) a été évalué visuellement, et pour l’hippocampe, le pourcentage de résection a été calculé sur base du nombre de coupes. Le suivi des crises était basé sur la classification d’Engel.

Résultats ou Cas rapporté. 9 autres patients présentaient en postopératoire immédiat une quadranopsie supérieure sans répercussion clinique. Il n’y a pas eu de troubles mnésiques. 22 ont un suivi de minimum un an : 14 se retrouvent en classe I d’Engel, 6 en classe II et 2 en classe III (patients présentant une tumeur). Nous n’avons pas observé de corrélation entre le contrôle des crises d’épilepsie et l’étendue de la résection.

Conclusion. Nos résultats montrent que l’AHSel est une technique efficace, capable d’améliorer de manière significative le contrôle des crises d’épilepsie chez la majorité des patients sans que nous ayons pu retrouver de corrélation avec l’étendue de la résection. Ceci suggère qu’une AHSel uniquement antérieure pourrait être suffisante pour contrôler l’épilepsie temporale non tumorale.

Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF






SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0