Webconférence
Accueil du site > Formation continue > Rachis : La syringomyélie foraminale. Choix de la procédure chirurgicale. A (...)

Formation continue

Rachis : La syringomyélie foraminale. Choix de la procédure chirurgicale. A propos de 40 cas

Congrès 2005 de la SNCLF

RACHIS


LA SYRINGOMYELIE FORAMINALE. CHOIX DE LA PROCEDURE CHIRURGICALE. A PROPOS DE 40 CAS.

Benbouzid T., Ait Bachir M., Berchiche L., Morsli A., Yacoubi B., Sidi Said A.
CHU Bab El Oued, Alger, Algérie.

Diaporama

Introduction. Plusieurs modalités chirurgicales ont été appliquées à la syringomyélie foraminale. Ceci témoigne du souci d’améliorer constamment les résultats. Si le consensus réside dans le principe de la décompression, les discussions quand à elles concernent les limites à appliquer à cette décompression. Notre travail a pour but de contribuer à cerner ces limites.

Matériel-Méthode. De 1999 à 2004, 70 patients présentant une syringomyélie associée à une malformation de Chiari ont été opérés. De cette série, nous avons extrait 2 groupes de 20 cas chacun : le 1er a bénéficié d’une décompression ostéo-durale simple et pour le 2e, une résection sous piale des amygdales cérébelleuses a été associée. Celle-ci est indiquée sur la base de l’aspect volumineux des amygdales et de l’absence de circulation du LCR observée en peropératoire. L’âge moyen est de 30 ans avec une prédominance féminine. Le symptôme principal est constitué par les troubles moteurs. L’évaluation neurologique a été basée sur la classification de Mc Cormick.

Résultats ou Cas rapporté. L’évolution postopératoire des troubles neurologiques est variable selon le stade auquel le patient a été opéré, mais également selon que la résection amygdalienne ait été associée à la décompression ostéodurale ou pas. -Le grade IV reste inchangé dans les 02 groupes, -Les grades II et III s’améliorent constamment, mais de façon plus nette dans le groupe avec résection amygdalienne. La cavité intra-médullaire régresse dans la majorité des cas et ne reste inchangée que chez 07 patients ; cependant, la qualité de cette régression est meilleure après résection amygdalienne où l’on note le plus grand nombre de disparition totale de la cavité.

Conclusion. Notre étude fait ressortir que la syringomyélie associée à une ectopie amygdalienne modérée peut se suffire d’une décompression ostéodurale simple respectant le feuillet arachnoïdien. Par contre,l’existence d’amygdales volumineuses, empêchant la libre circulation du LCR impose d’associer un geste de réduction volumétrique des amygdales et dans ce cas la méthode de résection sous piale nous apparaît comme étant un acte simple et efficace.

Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF






SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0