Webconférence
Accueil du site > Formation continue > Tumeur I : L’adénome hypophysaire chez le sujet âgé : quelle attitude adopter (...)

Formation continue

Tumeur I : L’adénome hypophysaire chez le sujet âgé : quelle attitude adopter ?

Congrès 2005 de la SNCLF

TUMEUR I


L’ADENOME HYPOPHYSAIRE CHEZ LE SUJET AGE : QUELLE ATTITUDE ADOPTER ?

Ben Yahia M., Riffaud L., Hamlat A., Poirier J.Y., Carsin-Nicol B., Morandi X., Haegelen C., Brassier G.
Rennes, France.

Introduction. Peu de publications existent quant à l’attitude thérapeutique et l’évolution des patients âgés atteints d’un adénome hypophysaire (AH), malgré le vieillissement de la population.

Matériel-Méthode. Cette étude rétrospective a concerné 45 patients âgés de 70 ans ou plus, opérés d’un AH durant une période de 15 ans (1988-2003) parmi 705 patients globalement opérés durant la même période.

Résultats ou Cas rapporté. -sexe : 26 femmes, 19 hommes -âge moyen : 74 ans (70 à 84) -délai moyen du diagnostic : 10 mois -motif diagnostique : troubles visuels (35,5%) avec dans 1/4 des cas une erreur diagnostique initiale (cataracte) ayant même conduit à une chirurgie sans succès, endocriniens (24%), neurologiques (18%) -chirurgie transsphénoïdale : 100% ; durée moyenne : 47 minutes ; exérèse complète : 75,5% ; fistule peropératoire de LCS : 22,2% -complications : fuite secondaire de LCS : 0% ; 3 décès : 1 (parmi 3) hématome du site opératoire, 1 méningite précoce, 1 infarctus du myocarde ; 1 diabète insipide persistant - durée moyenne de séjour : 10,7 jours (5 à 22) -types immunohistochimiques : *non fonctionnel : 77,7% *GH : 13,3%, dont seulement une récidive, résistant aux analogues de la somatostatine, conduisant à une réintervention *macroprolactinomes : 4,4% (opérés en urgence pour troubles visuels) *Cushing : 4,4% - récupération visuelle complète : 76% -recul moyen : 73 mois (16 à 157).

Conclusion. Les AH du sujet âgé ont un bon pronostic postopératoire, malgré un taux de décès incontestable. Les troubles visuels représentent la cause principale de leur révélation, sont source d’errance et de retard diagnostiques, leur gravité potentielle spontanée vers un handicap majeur chez un patient âgé nous semblant justifier une attitude chirurgicale. La récupération visuelle atteint 2/3 des cas après la chirurgie.

Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF






SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0