Webconférence
Accueil du site > Formation continue > Tumeur II : Méningiomes pétroclivaux : avantages de la voie intradurale (...)

Formation continue

Tumeur II : Méningiomes pétroclivaux : avantages de la voie intradurale médiotemporale de l’apex pétreux

Congrès 2005 de la SNCLF

TUMEUR II


MENINGIOMES PETROCLIVAUX : AVANTAGES DE LA VOIE INTRADURALE MEDIOTEMPORALE DE L’APEX PETREUX

Kakou M., Kouakou F., Ba Zeze V.
Abidjan, Côte d’Ivoire.

Introduction. La voie extradurale, si elle permet un accès plus aisé à la région pétroclivale, reste grevée de complications fréquentes (atteinte trigéminale, troubles de la sécrétion lacrymale). En plus de ces complications, s’ajoute la limitation du champ opératoire. Pour contourner ces écueils, 2 patientes ayant un méningiome pétroclival, ont été opérées par voie intradurale. L’analyse de la morbidité postopératoire a montré qu’elle peut être proposée comme une alternative à la voie extradurale.

Matériel-Méthode. Deux patientes de 54 et 51 ans ont été opérées d’un méningiome pétroclival. Les circonstances de découverte ont été pour la première, des céphalées, des douleurs de l’hémiface gauche, une paralysie faciale périphérique homolatérale discrète, des troubles de la déglutition ; et pour la seconde, une discrète paralysie faciale périphérique droite, une hémiparésie gauche (4/5) et un syndrome cérébelleux statocinétique. Elles ont été opérées par voie intradurale médiotemporale. Une lobectomie polaire temporale a été réalisée et le trigone oculopétrochléaire (clef d’accès à l’apex pétreux) repéré, permettant l’incision de la tente du cervelet latéralement au porus du nerf trochléaire et un contrôle des axes vasculonerveux durant toute la durée de l’intervention.

Résultats ou Cas rapporté. Dans les 2 cas, l’exérèse tumorale a été complète et sans récidive respectivement à 24 et 18 mois de recul. Dans le premier cas, les suites ont été simples. Dans le deuxième, les 24 premières heures ont montré qu’il n’y avait aucune atteinte nerveuse liée à l’intervention. Les complications observées à la 48ème heure ont été le fait d’un oedème postopértaoire. L’évolution s’est faite par la suite vers la récupération.

Conclusion. La voie intradurale médiotemporale de l’apex pétreux pourrait être proposée comme une alternative à la voie extradurale. Elle permet un jour opératoire plus large, un meilleur contrôle des axes vasculonerveux et une préservation du nerf grand pétreux (sécrétion lacrymale)

Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF






SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0