Webconférence
Accueil du site > Formation continue > Communications affichées : Stimulation corticale motrice chez un enfant de (...)

Formation continue

Communications affichées : Stimulation corticale motrice chez un enfant de trois ans souffrant de névralgie trigéminée réfractaire sur gliome de haut grade de l’angle ponto-cérébelleux

Congrès 2005 de la SNCLF

COMMUNICATIONS AFFICHEES


STIMULATION CORTICALE MOTRICE CHEZ UN ENFANT DE TROIS ANS SOUFFRANT DE NEVRALGIE TRIGEMINEE REFRACTAIRE SUR GLIOME DE HAUT GRADE DE L’ANGLE PONTO-CEREBELLEUX .

Delavallée M., Rooijakkers H., Koerts G., Raftopoulos C.
Cliniques Universitaires Saint-Luc, Bruxelles, Belgique.

Introduction. La stimulation corticale motrice (SCM) est un traitement reconnu des douleurs neuropathiques chroniques réfractaires. Jamais cette technique n’a été réalisée dans un cas de douleur névralgique sur pathologie tumorale ni dans le cas d’un enfant. Nous rapportons le premier cas de SCM réalisée chez un enfant de 3 ans souffrant de névralgie trigéminée insupportable sur gliome de haut grade, avec une amélioration fluctuant entre 50% et 75%.

Matériel-Méthode.

Résultats ou Cas rapporté. Il s’agit d’un enfant de 3 ans ayant développé une névralgie trigéminée extrêmement intense résistant à tout traitement médicamenteux sur un gliome de haut grade de l’angle ponto-cérébelleux. Après discussion multidisciplinaire et avant d’envisager une chirurgie destructrice, nous avons proposé un traitement par SCM. Le sillon central est repéré en préopératoire par les repères anatomiques classiques et par neuronavigation (BrainLab), en peropératoire par la recherche de l’inversion de l’onde N20 des potentiels évoqués somesthésiques et par le déclenchement de contractions dans la zone douloureuse. L’électrode Specify (Medtronic) est glissée dans l’espace sous-dural via une ouverture linéaire de l’os et de la dure-mère d’environ 3 cm de large et fixée en 2 points à la dure-mère. Après une période de test, un neurostimulateur Synergy (Medtronic) a été implanté. L’amélioration apparue dans les 48 heures a été quantifiée par les parents entre 50 et 75%. Cette amélioration est restée stable sur un follow-up de 4 mois.

Conclusion. La SCM, technique peu invasive, apparaît être un traitement possible dans des cas sélectionnés en équipe multidisciplinaire d’enfants souffrant de douleurs neuropathiques extrêmement intenses et résistant à tout traitement médicamenteux et ce même dans un cadre de pathologie néoplasique.

Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF






SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0