Webconférence
Accueil du site > Formation continue > Communications affichées : Stimulation du noyau subthalamique et troubles du (...)

Formation continue

Communications affichées : Stimulation du noyau subthalamique et troubles du comportement : Thérapeutique expérimentale chez le singe

Congrès 2005 de la SNCLF

COMMUNICATIONS AFFICHEES


STIMULATION DU NOYAU SUBTHALAMIQUE ET TROUBLES DU COMPORTEMENT : THERAPEUTIQUE EXPERIMENTALE CHEZ LE SINGE.

Karachi C., Grabli D., Baup N., Mounayar S., Hirsch E.C., Yelnik J., Fréger J., van Effenterre R.*, Tremblay L.
Pitié Salpêtrière, Paris, France.

Introduction. La stimulation du noyau subthalamique (NST) s’est révélée efficace dans le contrôle de troubles obsessionnels compulsifs (TOC) préexistant chez trois patients parkinsoniens opérés. Cet effet pourrait s’expliquer par la modulation du territoire limbique du NST. L’objectif de ce travail est de tester l’efficacité potentielle d’une telle stimulation dans un modèle de troubles du comportement chez le Singe.

Matériel-Méthode. Une électrode quadripolaire miniaturisée a été introduite à la partie antérieure du NST gauche chez deux singes. Des microinjections d’antagoniste GABA ont été réalisées dans le pallidum limbique permettant d’induire de façon répétée et réversible des comportements répétitifs anormaux (stéréotypies). Les comportements ont été observés et quantifiés au repos et pendant une tâche récompensée dans différentes conditions : injection seule, stimulation seule, injection + stimulation et cessions contrôles. L’effet de la stimulation de la région antérieure du NST (plot 0) a été comparé à la stimulation de la masse latérale du thalamus (plots 2 et 3). La stimulation était toujours monopolaire, de fréquence et de largeur d’impulsion constantes (130 Hz, 60µs) mais d’intensité variable.

Résultats ou Cas rapporté. Entre 1.7 et 2 volts, la stimulation du plot 0 a permis de réduire considérablement les stéréotypies induites. Pour les mêmes voltages, la stimulation du plot 2 diminuait significativement les stéréotypies mais de façon moindre. Dans ces deux conditions, la tâche était bien exécutée. La stimulation du plot 3 ne permettait pas d’améliorer les stéréotypies sans induire d’effet secondaire moteur. Pour un voltage supérieur à 2 volts, tous les plots induisaient une dystonie du bras et / ou de la jambe controlatérale.

Conclusion. La stimulation de la partie antérieure du NST est efficace pour contrôler les troubles comportementaux induits par manipulations pharmacologiques du pallidum limbique chez le Singe. Ces résultats suggèrent qu’une telle stimulation pourrait être un traitement d’avenir pour certains TOC sévères résistants à toutes thérapeutiques.

Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF






SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0