Webconférence
Accueil du site > Formation continue > Communications affichées : Traitement chirurgical endoscopique des adénomes (...)

Formation continue

Communications affichées : Traitement chirurgical endoscopique des adénomes hypophysaires

Congrès 2005 de la SNCLF

COMMUNICATIONS AFFICHEES


TRAITEMENT CHIRURGICAL ENDOSCOPIQUE DES ADENOMES HYPOPHYSAIRES

Decq P., Pezzettigotta S., Ajzenberg C., Coste A., Djindjian M., Le Guerinel C., Palfi S., Moubarak K., Hattou M., Keravel Y.
Assistance Publique -Hôpitaux de Paris, Hôpital Henri MONDOR, Créteil, France.

Introduction. Pour évaluer l’apport de l’endoscopie dans le traitement chirurgical des adénomes hypophysaires, l’analyse rétrospective des résultats à moyen terme d’une série de 32 cas opérés en première intention par voie endonasale unilatérale endoscopique est présentée.

Matériel-Méthode. 32 patients (18 hommes et 14 femmes), d’age moyen 52 ans ont été opérés en première intention d’un adénome hypophysaire entre juin 2001 et décembre 2004 : 17 adénomes non sécrétants (53%) et 15 adénomes sécrétants (47%), 29 macroadénomes (90%) et 3 microadénomes, 4 envahissements du sinus sphénoïdal et 3 du sinus caverneux. Le suivi a comporté un bilan endocrinologique et ophtalmologique à 3 puis 6 mois puis tous les ans, une IRM entre 3 et 6 mois puis tous les ans et un examen ORL à plus de six mois de l’intervention.

Résultats ou Cas rapporté. Le suivi moyen est de 21 mois (de 6 à 47 mois). La durée moyenne d’intervention est de 85 min. Les complications : 2 rhinorrhées nécessitant une reprise chirurgicale endoscopique, 8 diabètes insipides (tous transitoires), 1 pneumopathie d’inhalation et 1 épistaxis (sous plavix®). L’IRM post-opératoire a montré 14 reliquats sur 31 adénomes (45%). 12 des15 adénomes sécrétants (80%), sont en rémission biologique. les 3 autres cas sont améliorés avec une baisse supérieure à 50% des taux d’hypersécrétion pré-opératoire. L’examen ORL de 23 des 32 patients réalisé à 18 mois en moyenne révèle une hyposmie fluctuante (4 cas), une sensation d’obstruction nasale (1 cas), une sensation d’écoulement postérieur (4 cas). .L’examen endoscopique a observé une muqueuse cicatrisée sans croûte chez tous les patients, avec une (8 cas) à deux (4 cas) synéchies chez 12 patients (52%) sans traduction clinique.

Conclusion. La chirurgie endoscopique endonasale a permis d’apporter la rémission biologique de 80% des adénomes secrétants et de réaliser l’exérèse complète dans 55% des cas de cette série.

Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF






SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0