Webconférence
Accueil du site > Formation continue > Communications affichées : Névralgie du glossopharyngien secondaire à une (...)

Formation continue

Communications affichées : Névralgie du glossopharyngien secondaire à une mégatonsile cérébelleuse

Congrès 2005 de la SNCLF

COMMUNICATIONS AFFICHEES


NEVRALGIE DU GLOSSOPHARYNGIEN SECONDAIRE A UNE MEGATONSILE CEREBELLEUSE

Maarrawi J., Mertens P., Sindou M.
Département de neurochirurgie fonctionnelle, Lyon, France.

Introduction. La névralgie essentielle du glossopharyngien constitue une entité peu fréquente. Dans ses formes secondaires, l’étiologie tumorale est la plus rapportée dans la littérature.

Matériel-Méthode. Une patiente de 59 ans présentait depuis 3 ans des douleurs à type de décharges électriques, au niveau de la base de l’hémilangue, de la loge amygdalienne et de l’hémipharynx gauches, avec irradiation à l’oreille ipsilatérale. Ces douleurs intermittentes, regroupées en salves et déclenchées par la parole et l’alimentation, étaient sensibles à la carbamazépine au début, avec phénomène d’échappement par la suite. La patiente ne présentait pas de syncope et l’examen neurologique était normal. Une IRM encéphalique a mis en évidence une méga-tonsile gauche avec descente sous le plan horizontal du foramen magnum de 3 mm et surtout un effet de masse sur la jonction moelle allongée-moelle spinale. L’IRM ne montrait aucune image évidente de conflit vasculaire. Une ouverture du foramen magnum, à maxima gauche, avec duroplastie d’agrandissement a été effectuée, sans ouverture de l’arachnoïde et sans tonsillectomie.

Résultats ou Cas rapporté. La disparition de la douleur a été immédiate en post-opératoire et se maintient avec un recul de 10 mois. L’IRM de contrôle a montré une bonne décompression de la jonction occipitocervicale et la disparition de l’effet de masse sur le tronc cérébral.

Conclusion. La revue de la littérature a permis de retrouver un seul cas rapporté de névralgie unilatérale du IX secondaire à un Chiari grade I (« bilatéral ») et à un conflit vasculaire avec l’artère cérébelleuse postéroinférieure, qui a été traitée par tonsillectomie ipsilatérale, décompression vasculaire du IX et duroplastie d’agrandissement. Le cas que nous rapportons présentait une méga-tonsile unilatérale, sans conflit vasculaire évident à l’imagerie : la décompression osseuse et méningée s’est avérée suffisante pour obtenir le soulagement des symptômes avec respect de l’arachnoide et sans tonsillectomie.

Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF






SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0